Hey le jeune! On est cool.

David Cross descend dans un de ces monologues (v. plus bas) les entreprises qui tentent de vendre aux jeunes un produit qui n’est leur est pas particulièrement destiné.

Voilà ce que fait Via Rail pour attirer les jeunes (lesquels sont inévitablement des taggeurs inoffensifs, portant une casquette à l’envers et buvant du jus McCain sur un toit en jouant de la musique avec des objets trouvés, après avoir joué au basketball entre filles et garçons de toutes races) et les inciter à prendre le train. On a cru bon de s’inspirer — d’autres termes seraient plus adéquats – de l’une des affiches de Exit through the gift shop “documentaire” de Banksy. Mais ne me croyez pas sur parole, comparez-vous même.

Via Rail Underground : métro, c'est trop

Je ne suis plus jeune jeune, mais même moi je sais qu’un “jeune” ne prendrait pas le train parce que c’est “street” ou “deck”.

Mais bon. Je ne suis pas un designer, ni un publiciste, alors qu’en sais-je, autre que le train, c’est propice à être bien assis, texter ou regarder dehors d’un air mélancolique et curieux à la fois et que c’est 100, 1000 fois mieux que le bus.

Ci-dessous, M. David Cross :

Hébétée, l’extratextualité : références occultées

Il m’apparaît évident que communiquer ne peut se faire sans égard pour ce qui a été fait et dit avant l’acte présent  ou pour ce qui entoure les interlocuteurs (émetteurs et récepteurs). Dit comme ça, ça nous saute aux yeux comme un chaton au beau milieu de la nuit. Il est, si non vital, du moins important, de s’assurer que ce que l’on émet ne sera pas distordu par un autre élément de la réalité. C’est simple. Si je m’appelais Josef Hitler, j’y penserais à deux fois avant de nommer mon fils Adolf (ou ma fille). Bon.

De ce sujet, je parlerai davantage dans un chapitre à venir de Topographie de l’écriture. Je ne pouvais toutefois pas résister à l’envie de vous servir une illustration de l’importance de demeurer vigilant, même lorsqu’il s’agit de simples sigles. Et ce n’est pas toujours drôle.

Gouv. du Canada, 2009

S‘il-vous-Plaît, Corrigez cet Affront.