L’art de l’à-propos et autres plaisirs citadins (Bruxelles edition)

Parce que le sort m’a lancé des perles en pleine moule (argot bruxellois pour désigner la figure que j’invente ad hoc, sans vergogne ni culot), je me dois d’honorer le pacte tacite que j’ai signé d’un sang d’encre avec mes fidèles lectrices et lecteurs, et afficher ici les noms de commerces, rues et autres points d’intérêt belges qui, pour diverses raisons, goûtent drôle sur ma langue de Québécois.

1. Appeler sa clientèle par son nom

Griffé Gurda

2. Visiblement, son travail est bien connu, il n’a besoin d’afficher que le numéro de téléphone sur le camion.

Who de Man?

3. De quoi se rincer l’oeil

For Your Eyes Only

4. Fresh cock with nuts

I will have a little bit, please.

5. Ne passez pas par quatre chemins

Où la circulation coule de source.

D’autres suivront.

L’art de l’à-propos

La vigilanse est un combat de tous les instants. Que ce soit en traversant la rue, en commandant en ligne ou en choisissant le nom ou le slogan de son entreprise.

Or, il arrive souvent,  par un manque de connaissances de la langue utilisée ou par une vision trop étroite qui aurait profité d’un deuxième avis ou d’un peu de recul, qu’on commette des erreurs de commercialisation. Les anecdotes sont légion. On n’a qu’à penser à Air Iberia, dont le slogan en France fut “Avec Air Iberia, vous y seriez déjà”. Or, la pub avait été affichée sur un panneau publicitaire en bordure du périphérique… et juste au-dessus d’un cimetière.

Il y a aussi l’histoire des insuccès de la Chevrolet Nova en Amérique Latine, en raison de son nom qui signifie “Ne va pas” en latino.

Heureusement, pas besoin de fouiller dans les annales de la publicité ou dans des contrées lointaines et inatteignables pour se régaler de telles maladresses. Il y a “Extrême déménagement” de Longueuil, qui jumèle une épithète qu’on souhaite à tout prix ne pas accoler à notre déménagement. Mais, mais, mais, il y a pire. À preuve, une garderie à Montréal, située directement en face d’un club échangiste, et qui porte un nom très, mais alors, très inopportun. Je vous laisse en juger par vous-même.

Image
Remarquez la plante estivale en pleine forme et le bonhomme de neige en plastique.