Les nouvelles mesures ou À bas le pied (de bas)

Depuis plusieurs années et encore davantage de mois, j’entends journalistes et reporters décrire volumes, ampleurs et distances à l’aide d’unités de mesures qui ne sont pas considérées ainsi.

Ainsi, une soudaine crue des eaux, les dommages d’une déflagration soudaine, la place d’une foule massée mais tendue, rien de cela ne s’exprime en mètres, en pieds, en verges, en furlongs, en milles ou en lieues. Non, ces graduations ont perdu du gallon au fil de l’eau qui a coulé sous les ponts.

Quel unité inusitée les a usurpées et rendues inutiles? Vous me voyez venir à cent lieues, peut-être.

C’est le terrain de football (présumons américain), bien évidemment. C’est bien, tout le monde en a vu un, comme tout le monde a vu un court de basketball. Mais plusieurs n’en ont vu que rarement, et le plus souvent à l’écran 32″ – c’est la diagonale – de leur téléviseur. Toutefois, voyez-vous, cette image est trompeuse, parce que le terrain ne nous apparaît plus fidèlement après être passé par l’objectif grand angle de la caméra. Les distances sont distordues, le terrain paraît plus grand qu’il ne l’est en vérité et les joueurs plus petits, et c’est sans mentionner le bruit et l’odeur.

Et malgré ce phénomène optique si bien attesté, que voit-on? Eh bien, on voit des gens à micro parler de volume d’eau ayant rempli en une heure l’équivalent de 70 piscines olympiques; qu’il y avait une foule ayant pu suffire à combler 12 terrains de football; que le train d’atterrissage de l’avion a laissé des marques sur une distance proche à 15 autobus. Quoi? Des autobus?

Oui, des autobus. C’est l’autre mesure invariablement servie, elle qui est pourtant si variable. En effet, de quel autobus parle-t-on? Scolaire, scolaire court, coach, londonien, du show-business? Car si les dimensions d’un terrain de football doivent être scrupuleusement respectées, quand on parle d’autocar, les normes prennent le fossé.

Les unités de mesure existent pour nous donner un peu de stabilité et de constance dans nos évaluations. On a tous accès à des règles, des rubans à mesurer, des théodolites et autres appareils de mesure. Mais bon, pas les colporteurs de nouvelles.

Alors, pour ceux et celles qui ne sauraient pas ce que représente en surface un terrain de football, je vous le donne en mille : c’est l’équivalent de 13 autobus AEC Routemaster, l’iconique autobus londonien.

Et je conclurai avec ces bons mots de M. Boris Vian : Dans ces pays où le pied règne en maître, il serait bon que le mètre prît pied.

Allez (de quilles).

Advertisements

2 thoughts on “Les nouvelles mesures ou À bas le pied (de bas)

  1. Je traduisais une présentation PowerPoint qui utilisait le terrain de football comme unité de mesure et je me demandais où j’avais bien pu lire un commentaire sur l’absurdité de ce cliché… Votre blogue évidemment! J’ai proposé au client de ne pas reproduire cette platitude dans le texte français et il a accepté.
    Merci Monsieur Farhat!

    Like

Laissez un commentaire - Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s