L’art de l’à-propos

La vigilanse est un combat de tous les instants. Que ce soit en traversant la rue, en commandant en ligne ou en choisissant le nom ou le slogan de son entreprise.

Or, il arrive souvent,  par un manque de connaissances de la langue utilisée ou par une vision trop étroite qui aurait profité d’un deuxième avis ou d’un peu de recul, qu’on commette des erreurs de commercialisation. Les anecdotes sont légion. On n’a qu’à penser à Air Iberia, dont le slogan en France fut “Avec Air Iberia, vous y seriez déjà”. Or, la pub avait été affichée sur un panneau publicitaire en bordure du périphérique… et juste au-dessus d’un cimetière.

Il y a aussi l’histoire des insuccès de la Chevrolet Nova en Amérique Latine, en raison de son nom qui signifie “Ne va pas” en latino.

Heureusement, pas besoin de fouiller dans les annales de la publicité ou dans des contrées lointaines et inatteignables pour se régaler de telles maladresses. Il y a “Extrême déménagement” de Longueuil, qui jumèle une épithète qu’on souhaite à tout prix ne pas accoler à notre déménagement. Mais, mais, mais, il y a pire. À preuve, une garderie à Montréal, située directement en face d’un club échangiste, et qui porte un nom très, mais alors, très inopportun. Je vous laisse en juger par vous-même.

Image
Remarquez la plante estivale en pleine forme et le bonhomme de neige en plastique.
Advertisements

Laissez un commentaire - Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s