De l’usage immodéré du mot «urbain»

Le mot urbain est partout. Surtout en ville. Ça fait des années, pour ne pas dire des mois, que j’en soupire à grands coups, comme si la misère qui s’abat sur le monde n’était guère source suffisante de désespérance.

Urbain, tout le monde le sait et le diable s’en doute sans doute, ça signifie qui est relatif à la ville. En gros, c’est ça. Il y a bien quelques subtilités et une ou deux définitions associées, mais en gros, c’est ça, et en ce sens, il s’oppose à rural.

(Poings sur les hanches) Alors, voulez-vous bien me le dire, à moi, ce que vient ajouter l’adjectif urbain dans « Condos urbains » pour vendre des habitations situées en plein centre-ville?

(Revenant à son calme olympien) Mais voilà que je m’emporte encore, sacré  méditérranéen au sang chaud et au teint basané à l’année longue! On peut qualifier d’urbain ce qui est propre à la ville par rapport à la campagne, comme des politiques urbaines, des communautés urbaines, des autoroutes urbaines. Mais là, wow-bec! Des déjeuners urbains?!

Au menu: trottoir au pommes et pavé de saumon

Décidément, ça va trop loin. Et quoi ensuite, des lampes urbaines, parfaites pour votre style de vie. Non, il y a deux choses pour moi qui méritent de garder l’urbain dans leur nom: la rue et le chanteur.

 

Advertisements

4 thoughts on “De l’usage immodéré du mot «urbain»

  1. Plus capable de l’utilisation du terme urbain. J’ajouterais que le terme ”festif” suit de près dans le palmares de l’utilisation immodérée et agaçante…

    Like

Laissez un commentaire - Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s