Hébétée, l’extratextualité : références occultées

Il m’apparaît évident que communiquer ne peut se faire sans égard pour ce qui a été fait et dit avant l’acte présent  ou pour ce qui entoure les interlocuteurs (émetteurs et récepteurs). Dit comme ça, ça nous saute aux yeux comme un chaton au beau milieu de la nuit. Il est, si non vital, du moins important, de s’assurer que ce que l’on émet ne sera pas distordu par un autre élément de la réalité. C’est simple. Si je m’appelais Josef Hitler, j’y penserais à deux fois avant de nommer mon fils Adolf (ou ma fille). Bon.

De ce sujet, je parlerai davantage dans un chapitre à venir de Topographie de l’écriture. Je ne pouvais toutefois pas résister à l’envie de vous servir une illustration de l’importance de demeurer vigilant, même lorsqu’il s’agit de simples sigles. Et ce n’est pas toujours drôle.

Gouv. du Canada, 2009

S‘il-vous-Plaît, Corrigez cet Affront.

Advertisements

Laissez un commentaire - Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s